OSS et l’Institut baléare d’études en archéologie maritime effectueront une prospection sous-marine sur l’île Del Fraile à Águilas

L’Institut Baléare d’Etudes en Archéologie Maritime (IBEAM) et Offshore Special Services (OSS), ont signé une convention de collaboration dont l’objectif est de doter le « Projet de Recherche Archéologique Isla del Fraile », dirigé par Juan de Dios Hernández, directeur du Musée Archéologique d’Águilas y Alejandro Quevedo, chercheur à l’Université de Murcie, des moyens techniques et humains nécessaires pour réaliser une prospection archéologique sous-marine intensive dans la baie du Hornillo et l’île du Fraile, Águilas.

L’accord a été présenté dimanche dernier, 27 juin, à l’Escale Royale du Port d’Águilas, en présence de Javier Rodriguez Pandozi, directeur de projets de l’IBEAM; Sergio Lombán, PDG de l’OSS; Juan de Dios Hernández, archéologue de la Mairie d’Águilas; Alejandro Quevedo, professeur à l’Université de Murcie et la conseillère du Patrimoine, Maido Simó.

Le docteur de l’Université de Murcie, Alejandro Quevedo, a assuré qu' »il s’agit d’une convention inédite dans laquelle pour la première fois collabore une entreprise privée comme OSS. Pour nous, il est très important de compter sur votre soutien instrumental et méthodologique, ainsi que sur le savoir-faire de l’IBEAM ».

Pour son art, Javier Rodriguez Pandozi, directeur de projet de l’IBEAM, a souligné que « notre accord avec OSS suppose que nous pouvons compter sur des moyens technologiques que nous n’avons pas à notre portée. Dans ce cas, avec l’excavation sous-marine de l’île du Frère nous allons apporter une information supplémentaire et compléter l’image que nous avons des restes archéologiques que nous avons creusé depuis 2020 ».

Le PDG d’OSS, Sergio Lombán, a commenté que l’entreprise a signé cet accord dans le cadre de la responsabilité sociale d’entreprise, dans ce cas avec notre soutien à la récupération du patrimoine immergé espagnol. Nous avons choisi Águilas parce que c’est un projet de marque et nous sommes une entreprise de Murcie. Il a ajouté qu' »il s’agit d’un projet très intéressant combinant une campagne archéologique terrestre et une autre marine qui prétend dater et cataloguer tout ce qu’il y a sur l’île du Frère. En définitive, découvrir et protéger un patrimoine protégé qui appartient à tous ».

Lombán a expliqué qu’OSS déploiera un bateau lourd, une grande unité de soutien aux plongeurs et au personnel qui va faire l’intervention sous-marine, des équipements de plongée pour soutenir les archéologues, qui sont des scientifiques de l’IBEAM, et tous les équipements techniques tels que les torpilles de poursuite, les caméras d’enregistrement 3D et, surtout, les GPS sous-marins et des éléments tels que le sonar à balayage latéral et les magnétomètres, qui, dès la campagne de la Marine, ont démontré une capacité très élevée de datation et de catalogage de l’espace.

L’île du Frère

L’île du Fraile est le seul bien d’intérêt culturel de la région de Murcie protégé au niveau terrestre et subaquatique. En raison de la nature insulaire du gisement, l’analyse de son environnement sous-marin est depuis le début du projet l’une des principales lignes de recherche. Celle-ci se matérialisera pour la première fois lors de la deuxième campagne de fouilles, qui aura lieu en septembre prochain. L’objectif est de documenter les preuves archéologiques immergées dans la baie de Hornillo grâce à l’utilisation de nouvelles technologies, puisque les dernières prospections réalisées dans la zone remontent aux années 80. L’accord entre l’IBEAM et l’OSS s’inscrit dans le cadre de l’accord signé cette année entre la Mairie d’Águilas et l’Université de Murcie pour l’impulsion de la recherche archéologique dans la municipalité et, de manière très importante, dans l’île du Fraile, un important centre de production de salaisons d’époque romaine.

Comme l’a assuré l’édile du Patrimoine des Aigles, Maido Simó, « nous nous trouvons face à un BIC aussi subaquatique, le seul qui existe dans notre Région, et doit être traité et étudié avec toute la rigueur et le professionnalisme qu’il mérite. Ce sera certainement parce qu’il aura de grands professionnels. C’est une chance de pouvoir compter sur l’entreprise OSS et l’IBEAM parce que c’est une convention inédite, c’est la première fois qu’ils collaborent pour travailler sur un site au niveau de l’archéologie subaquatique dans la Région de Murcie, avec l’Université de Murcie ».